3. Le système cortical visuel

System visuel

La vue est le sens qui mobilise le plus de ressources cognitives: les neurones des lobes occipitaux impliqués dans le traitement visuel primaire et secondaire sont aussi nombreux que tous les autres neurones du cerveau.

Le demi champ visuel gauche (en cyan sur l'illustration) se projette sur la partie droite de la rétine de chaque œil. Ensuite il y a décussiation au niveau du chiasme optique (et oui!) de telle sorte que le demi champ visuel gauche vu par les deux yeux se retrouve traité par le lobe occipital droit, et inversement pour le demi champ visuel droit. L'aire visuelle primaire est dite "rétinotopique" c'est à dire que deux points voisins dans la champ visuel se retrouveront traités par deux neurones voisins de l'aire visuelle primaire.

Les aires visuelles primaires ne décodent avec précision que la partie centrale de l'image qui correspond à la partie de la rétine appelée fovéa. La décroissance de netteté est graduelle mais rapide, au delà de 2,5° autour de l'axe de vision la précision est déjà divisée par deux.

Notre connaissance visuelle de ce qui se trouve autour de nous est donc une reconstruction que nous opérons en permanence à partir de mouvements oculaires rapides. Cette reconstruction est déjà interprétée et ne repose sur aucune carte neuronale isomorphe à la sphère visible qui nous entoure. Le choix des points de fixation du regard peut être fait de façon automatique ou volontaire selon des stratégies encore à l'étude. Si nous avons le sentiment de disposer d'une image nette de notre environnement c'est que nous pouvons à tout moment pointer notre regard sur ce qui intéresse notre conscience.

Par exemple dans le cas de la lecture, on considère que nous ne voyons parfaitement nette que l'unique lettre qui se trouve dans notre axe de vision, les deux lettres qui la bordent sont encore considérées comme convenablement perçues, en revanche les autres lettres du mot ne sont pas identifiables avec précision. La lecture fait donc en grande partie appel à l'extrapolation ce qui explique sans doute que j'ai pu relire des dizaines de fois ce site sans trouver la moindre faute d'orthographe!

Après cette première reconstruction qui constitue une sévère "compression" de l'information visuelle, l'image est interprétées selon deux grandes modalités:
- La reconnaissance des objets est effectuées par les zones inférieures (ventrales) du cerveau.
- La localisation spatiale est effectuée par les zones pariétales (arrières supérieures).

Les zones de reconnaissances sont organisées par catégories: outils, animaux, visages etc. Une lésion dans une zone précise entrainera l'impossibilité de reconnaitre les objets de la catégorie correspondante. Ces sous-systèmes de reconnaissance effectuent déjà un haut niveau d'intégration et peuvent également être impliqués dans la reconnaissance auditive ou l'évocation des objets.

Retour Menu Suivant

Bibliographie
Olivier. Houdé, B. Mazoyer, N. Tzourio-Mazoyer - 2002 - Cerveau et psychologie - puf.
Webographie
Tai Sing Lee, Stella X. Yu - Theoretic Framework for Understanding Saccadic Eye Movements.
James J. Clarck, J. Kevin O'Regan- 1998 - Optimal viewing position in reading.